Interroger la cohérence de la politique de la ville

[Intervention de Marie-Martine Michaudel – Conseil municipal du 30 septembre 2016]

Monsieur le maire, mes cher(e)s collègues,

Nous sommes bien évidemment favorables à cette délibération et à cette subvention comme au principe de la généralisation de l’enseignement musical.

On peut cependant noter et regretter le manque de suivi des activités proposées d’une année sur l’autre ainsi que le manque d’articulation entre différents programmes, par exemple celui-ci avec l’initiative des classes-orchestres pour l’école élémentaire.
Un tel travail de suivi et d’articulation devrait relever d’un véritable plan éducatif de Ville. Ce dont nous ne disposons pas (le PEDT – projet éducatif de territoire – acté l’année passée n’étant qu’une formalité administrative destinée à pérenniser le versement des aides d’État à la mise en place de la réforme des rythmes scolaires).

Par ailleurs, en matière de politique de la Ville, on a toujours un peu l’impression d’être sur des budgets en quête d’affectation, et donc sur une sorte de saupoudrage sans véritable cohérence.
Nous avions déjà souligné la nécessité de fonder notre politique de la ville sur une politique plus large relevant du droit commun et spécifique à notre territoire. Nous en sommes encore assez loin, malgré l’épaisseur du Contrat de ville.
Gageons que la prise de compétence action sociale par VVA nous permettra de bâtir une vraie politique de lutte contre les inégalités sociales et territoriales.

Je vous remercie.

Éclaire-t-on pour rien à Vichy ?

[Intervention de Marie-Martine Michaudel – Conseil municipal du 30 septembre 2016]

Question orale N°2 posée par Marie-Martine Michaudel

Dans le cadre des politiques de réduction des consommations d’énergie et d’électricité, l’arrêté dit Batho du 25 janvier 2013, entré en vigueur le 1er juillet 2013, encadre les horaires de fonctionnement de

* l’éclairage intérieur émis vers l’extérieur des bâtiments non résidentiels (vitrines de commerces, bureaux…)

* l’éclairage des façades de ces mêmes bâtiments.

Les maires et les préfets sont en charge du respect de ce dispositif. Le ministère de l’écologie précise qu’il « ne s’agit pas d’un dispositif répressif, mais d’une pédagogie et d’un suivi accompagné dans la mise en œuvre de cette démarche ».

Qu’en est-il de l’application et du respect de cet arrêté dans la commune de Vichy ?

Vichy, ville porte du parc Livradois – Forez ?

[Intervention de François Skvor – Conseil communautaire du 30 septembre 2016]

Question orale N°1 posée par François Skvor

La création de la nouvelle grande région, les récentes prises de position des responsables du Syndicat mixte des Monts de la Madeleine ainsi que la prochaine fusion de la Communauté de Communes de la Montagne Bourbonnaise et de Vichy Val d’Allier,

posent avec une acuité redoublée la question d’un possible élargissement du Parc Naturel Régional du Livradois – Forez aux Monts de la Madeleine et à la Montagne bourbonnaise.

Un tel élargissement, judicieusement conçu dans son périmètre et ses finalités, pourrait donner à Vichy le statut de ville porte du parc, ce qui ouvrirait des perspectives touristiques inédites à notre ville.

Quelle est la position de la Ville de Vichy sur ce dossier ?

VVA : de nouvelles compétences pour quoi faire ?

[Intervention de François Skvor – Conseil communautaire du 15 septembre 2016]

Monsieur le président, mes chers collègues,

L’évolution des statuts que vous nous proposez aujourd’hui ne résulte pas d’un véritable choix : elle est plutôt la résultante de deux contraintes liées à la loi Notre : le renforcement et la concentration du bloc communal. Nous nous prononçons donc là moins sur un acte politique que sur une évolution administrative.

Cela étant, nous aurions pu adopter une perspective un peu plus politique – cela viendra sans doute dans les débats des prochains mois.

Perspective plus politique sur ces compétences, au regard de deux enjeux qui me paraissent cruciaux pour l’avenir de notre territoire :

1- le premier c’est celui de l’autonomie, politique, mais aussi et surtout économique de notre territoire;

2- le second est celui de la réduction volontariste des inégalités dans un contexte de croissance économique faible, si ce n’est nulle.

Lire la suite VVA : de nouvelles compétences pour quoi faire ?

En avoir ou pas

To be or not to be. Oui, la métropole est une question existentielle, pour Vichy notamment.

L’année passée, la JAV fusionnait avec le Stade clermontois pour renouer avec son rang passé via une équipe métropolitaine. Il pourrait en aller de même avec notre Opéra, notre plateau d’économie sportive. Et demain avec le Domaine thermal.

Reconnaissons-le, Vichy a tout d’une grande, sauf les moyens de le rester ni même de gérer les vestiges de sa grandeur passée.

Mais la JAV n’aurait pas fusionné sans résultats ni ambitions. Ou bien n’aurait-elle fusionné que pour s’effacer. La métropole est une chance, mais c’est aussi un risque : celui de notre paresse. Et ce, à tous les niveaux : économique, politique…

Brandir des slogans ne suffit plus : il faut pouvoir exister demain dans cet ensemble plus vaste. Deux atouts pour cela : notre héritage, nos ambitions. L’héritage est là, irrévocable. Quant aux ambitions… il nous en faudra vite et beaucoup : pour la culture, l’énergie, l’économie, l’habitat ou l’urbanisme. Car telle est bien la question avec l’ambition : en avoir ou pas.

Marie-Martine Michaudel, François Skvor, Marianne Malarmey

VVA : guichet ou projet ?

[Intervention de François Skvor – Conseil communautaire du 30 juin 2016]

Monsieur le président,

La commune de Mariol a décidé en janvier 2014 d’engager un programme de rénovation de bourg dans le cadre d’un Contrat Communal d’Aménagement de Bourg (CCAB), forme contractuelle fondée sur un certain nombre de critères d’intervention.

La commune vient récemment de revoir son programme à la baisse et de retirer ce qui pouvait permettre de qualifier ce programme de CCAB. En tout cas du point de vue de VVA.

JE note par ailleurs qu’au-delà des critères liés aux CCAB, renoncer aujourd’hui à l’amélioration des berges du Darot, c’est aussi renoncer à la déclinaison d’un des enjeux forts de notre projet 2015 -2025, à savoir celui des des enjeux de proximité et de solidarité territoriales, via ‘La trame verte et bleue comme cadre de vie’ et je cite :

« Cet objectif de réappropriation des cours d’eau par les habitants de Vichy Val d’Allier représente un enjeu de solidarité important sur l’ensemble du territoire, exigeant une collaboration opportuniste entre les communes et la communauté d’agglomération. »

Par conséquent, nous avons l’impression sur ce dossier de passer d’une logique de contrat et de projet à une simple logique de guichet communautaire.

Aussi de deux choses l’une, soit nous sommes bien en CCAB et VVA finance, soit nous sommes sur du simple goudronnage et VVA ne devrait pas financer.

Emprunts toxiques : non au détournement de fonds publics

[Intervention de François Skvor – Conseil communautaire du 30 juin 2016]

Monsieur le président,

Je resterai constant dans mes positions, et comme à Vichy, je ne voterai pas cette délibération.

Voter cette délibération reviendrait à entériner le principe bien connu de la privatisation des gains et de la mutualisation des pertes, au profit d’un système bancaire et financier qui a sciemment conçu ces produits pour organiser une opération de spoliation généralisée des collectivités locales (CL).

Dans tous les cas de figure, ce sont des fonds publics qui sont massivement détournés au profit de certains acteurs privés via

  • soit des taux d’intérêt exorbitants
  • soit ces fameuses indemnités de sortie ou de remboursement anticipé (IRA), qui additionnent le montant cumulé de ces mêmes taux d’intérêt exorbitants et le prix de la stabilité retrouvée pour les finances de la collectivité, soit pour ce qui nous concerne ici, un montant maximum estimé à plus de 3,3 millions d’euros. Lire la suite Emprunts toxiques : non au détournement de fonds publics