Archives pour la catégorie Marie-Martine Michaudel

Tourisme : déroutante saison 2016

[Intervention de Marie-Martine Michaudel – Conseil municipal du 23 juin 2017]

Monsieur le maire, cher-es collègues,

L’office de tourisme et de thermalisme présente sur l’année 2016 un bilan pour le moins mitigé et un chiffre d’affaire plutôt en baisse en tout cas sur des postes importants.

Ce sont – 17 % de chiffre d’affaire pour le Palais des Congrès, moins 20 % pour le Centre Omnisports ; des résultats catastrophiques au second semestre pour le tourisme d’affaire, congrès, séminaires avec une baisse de 60 % enregistrée sur cette période et une perte sèche de 384 000 euros.

Alors, on nous explique que le contexte national voire international est défavorable, que la croissance n’a pas été au rendez-vous, que les attentats ont pu freiner l’activité, que les entreprises sont frileuses, sans doute. Cependant nous pouvons penser que quelque chose cloche dans l’organisation et le fonctionnement de l’OTT.

Lire la suite Tourisme : déroutante saison 2016

Publicités

Préserver l’école publique

[Intervention de Marie-Martine Michaudel – Conseil municipal du 23 juin 2017]

Monsieur le maire, chers collègues,

On note une baisse des effectifs dans les écoles maternelles, un risque de fermetures de classes à la rentrée 2019 et une certaine inquiétude pour l’avenir de nos écoles élémentaires publiques.

Force est de constater que pendant que les écoles publiques ont du mal à recruter, l’école Jeanne d’Arc voit ses effectifs s’envoler avec souvent plus de 30 élèves par classe, laquelle école Jeanne d’Arc a ouvert l’an dernier une classe de CP, qui devient un CE1 de plus cette année, et donc à terme on peut deviner cinq classes de plus en élémentaire et ainsi de suite au collège.

Il n’est pas question de raviver la guerre scolaire mais des remarques et réflexions s’imposent : la ville n’est évidemment pas responsable de la désaffection des parents pour l’école publique au profit de l’école privée.

Au passage, on peut noter quand même, que l’application de la réforme des rythmes scolaires qui effrayait les parents et désorganisait la vie familiale, n’a pas été appliquée dans le privé. On peut également noter que l’école privée n’est pas concernée par la carte scolaire qui distribue les enfants en fonction des secteurs géographiques, contraintes qui, elles, sont imposées à l’école publique.

Si elle n’est pas responsable de cet état de fait, la ville doit rester vigilante dans cette situation, c’est-à-dire, que le choix entre école privée et école publique doit, pour le moins , rester possible et donc il conviendrait de peser dans les décisions de fermeture de classes voir d’écoles pour éviter que certaines écoles publiques qui couvrent, pour le moment, l’ensemble des quartiers ne disparaissent.

Une politique volontariste pour garder les couples jeunes avec de jeunes enfants en centre-ville serait la bienvenue, elle aurait le mérite de redynamiser et de rajeunir la ville et, bénéfice secondaire de sauver nos écoles.

Nous sommes conscients des efforts accomplis et des choix déjà programmés comme la rénovation de l’école Sévigné et la future rénovation de l’école Georges Méchin, nous saluons le choix du thème commun à toutes les écoles : connaissance du patrimoine thermal, ainsi que les efforts faits au niveau des cantines scolaires, etc.

Nous sommes là dans une période de choix cruciaux puisqu’il faudra que vous décidiez, durant cette année scolaire, de la poursuite ou pas de l’application de la réforme des rythmes scolaires, nous avons beaucoup entendu dire que l’application de cette réforme coûtait cher à la ville.

Que comptez-vous faire et comment ?

Interroger la cohérence de la politique de la ville

[Intervention de Marie-Martine Michaudel – Conseil municipal du 30 septembre 2016]

Monsieur le maire, mes cher(e)s collègues,

Nous sommes bien évidemment favorables à cette délibération et à cette subvention comme au principe de la généralisation de l’enseignement musical.

On peut cependant noter et regretter le manque de suivi des activités proposées d’une année sur l’autre ainsi que le manque d’articulation entre différents programmes, par exemple celui-ci avec l’initiative des classes-orchestres pour l’école élémentaire.
Un tel travail de suivi et d’articulation devrait relever d’un véritable plan éducatif de Ville. Ce dont nous ne disposons pas (le PEDT – projet éducatif de territoire – acté l’année passée n’étant qu’une formalité administrative destinée à pérenniser le versement des aides d’État à la mise en place de la réforme des rythmes scolaires).

Par ailleurs, en matière de politique de la Ville, on a toujours un peu l’impression d’être sur des budgets en quête d’affectation, et donc sur une sorte de saupoudrage sans véritable cohérence.
Nous avions déjà souligné la nécessité de fonder notre politique de la ville sur une politique plus large relevant du droit commun et spécifique à notre territoire. Nous en sommes encore assez loin, malgré l’épaisseur du Contrat de ville.
Gageons que la prise de compétence action sociale par VVA nous permettra de bâtir une vraie politique de lutte contre les inégalités sociales et territoriales.

Je vous remercie.

Restrictions budgétaires, l’impact des mécanismes financiers

[Intervention de Marie-Martine Michaudel – Conseil municipal du 15 avril 2016]

Monsieur le maire, mes cher(e)s collègues,

Vu l’heure tardive de ce conseil municipal, nous aurions pu imaginer que nous étions conviés à participer à une « nuit debout ». Alors pas de « nuit debout » ici, mais quand même et contrairement à nos habitudes, nous nous permettrons quelques commentaires sur l’actualité nationale et internationale à l’occasion du vote du budget.

Nous abordons ce débat budgétaire sous l’angle de la réduction toujours répétée des recettes. En fait, nous ne serions pas là, les yeux rivés sur les baisses cumulées de DGF ( Dotation Globale de Fonctionnement), si l’État n’en était pas là de son endettement, et, si, finalement nous n’en étions pas là du manque à gagner fiscal cumulé ces dernières décennies ; ce sont des mécanismes (qu’ils soient de paradis ou de concurrence fiscale) qui exercent une forte pression à la baisse sur nos ressources.

Lire la suite Restrictions budgétaires, l’impact des mécanismes financiers

Domaine thermal : à quand le déblocage ?

[Question de Marie-Martine Michaudel – Conseil municipal du 25 mars 2016]

Monsieur le maire,

Les Vichyssois ont vu apparaître, depuis quelques mois déjà, des écriteaux épinglés aux arbres du parc des sources , leur signifiant qu’ils se trouvent dans un lieu privé et que, s’ils traversent ces parcs, c’est sous leur entière responsabilité.

Ces affichettes ne sont pas signées. Certains initiés peuvent deviner qu’il s’agit de la Compagnie de Vichy mais d’autres s’interrogent encore.

« Lieu privé », « entière responsabilité » qu’est-ce-que ça signifie ? Lire la suite Domaine thermal : à quand le déblocage ?

Marier VVA et la Montagne Bourbonnaise : allons plus loin

[Intervention de Marie-Martine Michaudel – Conseil municipal du 4 décembre 2015]

Monsieur le maire,

Dans cette délibération, il convient tout d’abord de ne pas se tromper de sujet. Nous ne votons pas pour ou contre la fusion de VVA avec la CCMB mais bien pour rendre un avis concernant le projet de schéma départemental de coopération intercommunale proposé par le préfet.

Schéma qui nous concerne au plus haut point à Vichy du fait de la proposition de fusion entre VVA et la CCMB. Une fusion qui nous apparaît pour le moins pertinente, si ce n’est évidente.

Évidente sur le plan géographique , économique (avec la continuité du Sichon) mais aussi historique et culturel : Napoléon III ne s’y était d’ailleurs pas trompé qui avait choisi le lieu-dit l’Ardoisière pour la fraîcheur de ses étés ; et Larbaud ne donnait pas d’autre fond à sa ville natale que celui de Monts bleus de la Madeleine.

Lire la suite Marier VVA et la Montagne Bourbonnaise : allons plus loin

Plan éducatif : peut mieux faire

[Intervention de Marie-Martine Michaudel – Conseil municipal du 2 juillet 2015]

Monsieur le maire, mes chers collègues,

La réforme des rythmes scolaires poursuit, à mon sens, une double ambition :

La première consiste à alléger le temps scolaire en le répartissant sur 5 jours, ce qui devait permettre aux enfants une meilleure assimilation des connaissances en évitant une fatigue excessive et en concentrant les apprentissages fondamentaux plutôt le matin.

En ce sens, la répartition des horaires qui est proposée dans le PEDT (Plan Éducatif de Territoire) de Vichy correspond à cet objectif.

Le deuxième objectif de cette réforme consiste à tenter de réduire les inégalités socio-culturelles en permettant aux enfants de trouver à travers les activités périscolaires ce qui peut leur manquer dans leur milieu familial :

-l’ouverture au monde et à la culture

-la découverte du monde des arts , peinture, sculpture, cinéma, musique, théâtre etc..

-l’ initiation aux langues vivantes.

-la préservation de l’environnement

– l’apprentissage de la citoyenneté et de l’ouverture aux autres

-le développement des activités sportives.

Nous saluons le travail accompli et les efforts faits par les élus et les services de la mairie pour mettre en place une réforme délicate. Cependant, nous espérons que ce projet éducatif se développera en affichant plus d’ambition, plus de concertation, plus de cohérence.

La situation de notre ville est particulière, la ville de Vichy scolarise en primaire : 1969 élèves dont 649 fréquentent l’école privée.

Il ne s’agit surtout pas de ranimer la guerre scolaire mais il faut savoir que les écoles privées ne sont pas tenues d’appliquer la réforme des rythmes scolaires et donc ne l’appliquent pas.

Cette réforme, comme d’autres avant celle-ci, a pu effrayer des parents qui ont pu choisir l’école où elle ne s’applique pas.

L’enjeu est donc d’importance à plus d’un titre.

Une opportunité se dessine avec l’articulation indispensable entre les activités périscolaires et les projets d’écoles qui démarrent à la rentrée prochaine pour la maternelle, à la rentrée suivante pour l’élémentaire et nous appelons de nos vœux la mise en place d’un Plan Éducatif Local concerté, ambitieux, cohérent.

Pour le moment, nous nous abstiendrons.

Je vous remercie.