Archives pour la catégorie Christophe Pommeray

Eau potable : anticiper le retour en régie

[Intervention de Christophe Pommeray, Conseil municipal du 23 juin 2017]

Les années se suivent et se ressemblent en ce qui concerne ce rapport local. Une seule inquiétude demeure — je sais qu’elle est celle des services et du concessionnaire — c’est la perte en ligne sur le réseau qui revient à des taux importants : nous perdons aujourd’hui 1000m3 d’eau par jour dans ce réseau c’est-à-dire, par jour, la consommation annuelle de 10 familles.

Après les écoutes pour rechercher les fuites, le concessionnaire prône, sans doute à juste titre, l’installation de débimètres par secteur ce qui pourrait permettre d’isoler ces pertes en ligne.

Plus généralement, nous allons vivre, dans ce secteur, une petite révolution. Rappelons que la loi Notre du 7 août 2015 impose le transfert obligatoire de ces compétences des communes vers les EPCI avec d’ailleurs maintenant des menaces de sanction. Il y a dans la loi et dans les textes qui ont suivi une sorte de sifflet : la compétence eau « demeure facultative jusqu’au 1er janvier 2018 », puis optionnelle entre 2018 et 2020 avant de devenir obligatoire.

Lire la suite Eau potable : anticiper le retour en régie

Commerces : de l’urgence d’une politique

[Intervention de Christophe Pommeray, Conseil municipal du 23 juin 2017]

Monsieur le Maire, Mes chers collègues,

Je souhaite évoquer la subvention à l’Association pour la Promotion Commerciale et Touristique du Centre-Ville de Vichy. Lors de la dernière vague de subventions, le 16 décembre dernier, nous avons été plus loin qu’à l’habitude en s’abstenant puisque les documents prévus à l’article 6 de la convention et notamment «  le rapport de ses activités pour l’année écoulée » n’étaient pas adressés au conseil municipal. J’ai relu le compte-rendu du 16 décembre ; la réponse de la majorité sur ce point est on ne peut plus floue puisqu’on nous y dit trois choses :

Lire la suite Commerces : de l’urgence d’une politique

Vichy Communauté : donner de l’air au Conseil de développement

[Intervention de Christophe Pommeray, Conseil communautaire du 22 juin 2017]

Monsieur le Président, Mes chers collègues,

J’ai un assez mauvais souvenir de la dernière constitution du conseil de développement. On y avait fait de l’entre-soi et finalement on cherche en vain les missions ou les travaux que ce conseil a assuré.

Le vœu que j’émets c’est que nous respections l’esprit des textes mais aussi leur lettre puisque le cadre légal des conseils de développement a été précisé par l’article 88 de la loi NOTRe et pour certaines dispositions par la loi MAPAM.

Le premier élément c’est que le Conseil de développement est une instance de démocratie participative, constituées de membres bénévoles issus de la société civile ; au regard de ce qui s’est passé jusqu’à présent, il me semble utile d’insister sur ce point et d’éviter que le conseil de développement soit de nouveau une instance de ré-expression des immobilismes et des conservatismes qui s’expriment déjà dans d’autres instances qui semblent parfois d’ailleurs avoir été créées pour cela. Bref, un peu d’air ferait du bien.

le deuxième élément c’est qu’elle est une instance de consultation et de proposition sur les orientations majeures des politiques publiques locales. Ça suppose qu’elles existent ces orientations majeures. Mais par exemple sur des projets comme la Boucle des îles ou la desserte de communication — j’entends communication physique mais aussi de données — ce conseil, à la condition le premier critère sur le renouvellement soit entendu, pourrait être saisi de ces orientations.

Troisième élément, le conseil engage ses travaux sur saisine de la collectivité territoriale ou par auto saisine ; il convient que ces deux moyens soient saisis.

Enfin, au regard de ce qui s’est fait jusqu’à présent je pense qu’il serait juste que l’élaboration d’une proposition de la liste des membres soit un travail ouvert et je propose la création d’une commission ad hoc pour ce faire.

Je vous remercie.

Budget 2017, le parti pris du « sac de ciment »

[Intervention de Christophe Pommeray, Conseil municipal du 7 avril 2017]

Monsieur le Maire,

Mes cher-es collègues,

Une fois n’est pas coutume, je vais commencer cette intervention par une forme de satisfecit.

Depuis plusieurs budgets, je suis revenu plus ou moins intensément sur ce que j’avais appelé les cagnottes, c’est-à-dire les endroits dans le budget où l’on mobilisait des sommes budgétaires en sachant pertinemment qu’elle ne seraient pas dépensées. Elles étaient parfois destinées à équilibrer le 012, la masse salariale en fin d’exercice mais elles ont surtout servi à deux choses : engager des décisions modificatives relatives aux emprunts toxiques qui, comme chacun sait, pré-existaient à leur existence officielle et à absorber d’autres décisions financières ou de fonctionnement qui n’apparaissaient pas dans le budget initial. Je dois dire, ainsi que l’a excellemment souligné François Skvor lors du débat d’orientation budgétaire que vous avez — vous monsieur le Maire, l’adjoint aux finances ou l’administration — rompu avec cet artifice et renoué avec une forme de sincérité budgétaire et je crois que cet effort mérite d’être souligné.

Lire la suite Budget 2017, le parti pris du « sac de ciment »

De l’usine à gaz que devient chez nous l’urbanisme

[Intervention de Christophe Pommeray, Conseil municipal du 7 avril 2017]

Monsieur le Maire,

Mes cher-ess collègues,

Une légende urbaine identifie la pédagogie à l’art de la répétition. C’est naturellement faux. Ce n’est pas en répétant la même chose, même plus fort ; que l’on parvient à la faire comprendre, c’est en l’expliquant à nouveau mais autrement. Mais j’avoue mon échec sur cette question : depuis 2014, j’ai pris le sujet dans tous les sens, sans succès il faut bien le dire puisque ma meilleure performance a été d’entendre à plusieurs reprises l’exécutif, ici et à VVA, me dire que j’avais sans doute raison mais qu’on continuerait à faire comme prévu… C’est ce que j’appelle maintenant et depuis la dernière séance du conseil, la jurisprudence Commando Kieffer. Lire la suite De l’usine à gaz que devient chez nous l’urbanisme