Vichy : trois propositions pour un budget d’avenir

[Intervention de François Skvor – Conseil municipal du 7 avril 2017]

Monsieur le maire, mes cher-es collègues,

Je compléterai les propos de mon collègue en faisant plusieurs propositions. Mais avant cela, une remarque.

Mon collègue vient de dire, sur le fond, une chose essentielle. J’y reviens parce qu’elle me paraît fondamentale : nous ne vivons pas qu’une crise conjoncturelle de réduction drastique des dotations ; nous connaissons une mutation profonde de ce que sont nos territoires.

Les basculements historiques sont toujours liés aux territoires et à l’approche que les hommes ont de leur territoire, ce qui nourrit des angoisses, des inquiétudes et la montée des discours populistes.

Nous avons donc la responsabilité d’avoir un débat sur le fond, un débat politique qui donne du sens en éclairant les approches respectives que nous avons de notre territoire (c’est d’ailleurs ce que nous demandions lors du DOB).

Christophe Pommeray l’a rappelé, nous passons progressivement d’une économie locale sous perfusion, à une économie locale à l’activité plus endogène, plus autonome, plus centrée sur ses propres ressources, que l’on doit apprendre à configurer et gérer de manière cohérente et durable.

Pour cela, nous avons besoin d’outils, d’anticipation et d’orientations politiques.

Ce qui, selon nous, passe aujourd’hui par trois choses :

1- Une vraie volonté de pilotage qui appelle des compétences d’ordre métropolitain (dans le schéma réglementaire actuel); la question métropolitaine est donc capitale. Dès lors que Clermont a acquis le statut de métropole, le projet métropolitain Clermont – Vichy semble plongé dans le flou. Nous devons clarifier les choses, c’est une nécessité stratégique.

2- Une volonté d’anticipation pour planifier et se doter des atouts dont nous aurons besoin demain. Nous avons déjà eu ce débat sur le PLUi qui aurait pu être l’occasion de construire un projet – et donc une identité – de territoire partagé et ambitieux, donnant du sens et une forme à notre territoire.

3- Une volonté enfin, de prendre en compte le coût des inégalités parce qu’il sera évidemment très difficile de parier sur le dynamisme d’un territoire où l’on aura laissé se creuser les inégalités.

***

Et c’est sur ces trois points précisément, que nous souhaitons avancer des propositions concrètes pour ce BP 2017 :

1- Sur l’enjeu économique, tout d’abord qui est celui de la planification et de l’anticipation dont je parlais à l’instant. Nous avons déjà évoqué la situation du commerce de centre-ville confronté à une forte vacance, malgré notre statut de ville thermale et touristique. C’est une problématique lourde pour laquelle les solutions ne seront ni évidentes, ni immédiates, nous le savons bien.

Ce qui ne doit pas nous empêcher de nous pencher sur la question dès aujourd’hui. Or, nous sommes assez surpris de ne rien voir budgété sur cette urgence.

Sur ce BP 2017, nous proposons donc d’allouer une enveloppe de 100 000 euros à cette politique, en vue :

– d’une part, de créer un poste de chargé de mission commerce qui pourrait à terme devenir un poste de manager de centre-ville.

– d’autre part, de financer notre contribution à d’éventuelles études sur la question dans la ville comme dans l’agglomération.

Ce chargé de mission pourrait être investi de plusieurs rôles :

– interface avec les acteurs locaux afin de dégager les fondamentaux d’une approche commune et globale ;

– du « benchmarking » avec les politiques d’autres collectivités et/ou suivi d’une étude sur la problématique commerciale à Vichy ;

– mobilisation des aides possibles sur cette politique.

– Et tout cela, en vue d’élaborer les propositions d’une politique publique en direction du commerce à Vichy.

2- Notre deuxième proposition, quant à elle, revêt un double aspect, culturel et métropolitain.

Nous estimons, en effet, qu’il est nécessaire de maintenir une perspective métropolitaine, afin d’envisager la meilleure façon de tirer parti de notre proximité avec Clermont.

Pour cela, nous proposons de saisir l’occasion de faire de Vichy, une capitale européenne de la culture. Cela peut paraître grandiloquent mais cela ne l’est pas, si nous décidons de nous associer et d’enrichir la candidature de Clermont de tout ce que porte l’ancienne Reine des villes d’eaux.

Cela constituerait une double occasion :

– prouver l’utilité métropolitaine de Vichy à Clermont ;

– de découvrir des leviers d’une véritable politique culturelle vichyssoise qui pour l’essentiel, reste à inventer.

Pour cela, nous proposons d’adhérer au projet Effervescences que lance la Ville de Clermont-Ferrand en préfiguration de son dépôt de candidature en 2022 (anticipation) : l’idée est de chercher à porter la culture en ville tout au long de l’année et de donner progressivement forme à cette candidature en mêlant les pratiques pro et amateurs, en s’appuyant sur les richesses et l’identité locales, en impliquant la population. Vichy en a le potentiel humain, culturel et patrimonial, c’est certain ; reste à le laisser s’exprimer.

Le montant d’une telle opération serait forcément réduit dans la mesure où le savoir-faire et la maîtrise d’ouvrage sont du ressort de la ville candidate qui y consacre déjà 250 000 euros par an. Nous pourrions envisager une contribution de 50 000 à 60 000 euros par an, soit pour appuyer des initiatives locales soit pour financer un ETP en charge du déploiement du programme des Effervescences sur Vichy.

3- Enfin, dernier point, dernier enjeu, celui des inégalités, forcément lié aux deux précédents.

Christophe Pommeray l’a déjà évoqué, et cela fait quelques années que nous évoquons ce sujet lors du débat budgétaire, celui de la politique scolaire.

Nous ne faisons pas de faux procès ; nous devons reconnaître les efforts déployés depuis quelques années que ce soit en termes d’organisation ou de financement. Les investissements lourds consacrés aux écoles Sévigné – Lafaye et Georges Méchin sont évidemment de bonnes choses.

Cela étant, il nous faut aujourd’hui poser les questions que nous ne posons pas, et là encore faire peuve d’anticipation :

1- Celle d’une « carte scolaire » à 10 ans, autour d’établissements et de projets éducatifs spécifiques – ce qui veut dire : quelles écoles allons-nous encore rénover ou reconstruire ? Quelles autres allons-nous fermer ? Et pourquoi ?

C’est plus qu’un projet éducatif, c’est un projet de ville, l’emplacement des futures écoles déterminant aussi la configuration de nos quartiers.

2- Celle de l’équilibre, crucial, entre le public et le privé sur notre territoire communal ; loin de toute idéologie, mais dans le strict souci de pérenniser notre enseignement public et d’en assurer la diversité sociale.

3- Celle du rôle éducatif de notre Ville enfin, via un plan éducatif de territoire prévoyant un parcours sportif et culturel global (art / artisanat, savoir-faire), parcours que chaque enfant aura pu effectuer à sa sortie de l’enseignement primaire.

Sur ce point-là, nous pouvons intervenir à budget constant dans un premier temps. Et lancer une vaste concertation sur les attentes, les envies des parents et des communautés éducatives, des acteurs associatifs et culturels de la Ville : ce qui peut aller de pair avec la démarche Effervescences.

Je m’arrêterai là.

Mais on voit bien qu’au travers des politiques commerciale, culturelle et éducative et sans déploiement démesuré de moyens, nous pouvons être en mesure de commencer à nous projeter un peu plus vers l’avenir, ou en tout cas de tenter d’amorcer des politiques tournées vers les capacités de Vichy à se tourner vers un avenir probable dont nous avons à préciser les contours.

Je vous remercie.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s