Commerce à Vichy : il est urgent de réagir

‘Ce n’est plus un déficit, c’est un déclin’, tranche l’enquête PROCOS intitulée « Une nouvelle progression de la vacance commerciale des centres-villes en 2015 ». Sur 200 villes de plus de 25.000 habitants en France, elle distingue Vichy parmi les 20 les plus désertées commercialement… Cette réalité, les Vichyssoises et les Vichyssois la vivent en passant, parfois à des endroits stratégiques voire prestigieux du centre-ville, devant des vitrines fermées.

Mais l’enquête va au-delà des seuls chiffres. Elle pointe les deux raisons de ce déclin : la surproduction de surfaces commerciales et la nécessité, pour faire vivre le commerce, d’avoir une économie active. Cela signifie trois choses.

1- D’abord qu’il va falloir choisir : on ne peut pas prétendre soutenir le commerce de proximité, le commerce de centre-ville, et continuer d’ouvrir grand la possibilité de développement des grandes surfaces autour de la ville et même, désormais, en centre-ville.

2- Ensuite que le choix d’une ville qui grandit par l’arrivée de personnes retraitées — le maire s’en flatte régulièrement ! — ne peut pas tenir lieu de politique économique.

3- Enfin que l’on doit soutenir toutes les initiatives, en particulier celles des commerçants eux-mêmes, permettant de maintenir et de développer cette activité, qui est évidemment économique mais aussi indispensable à l’identité d’une ville.

Au dernier conseil municipal, nous avons fait des propositions. Les dernières lois votées donnent aux élus des outils puissants en matière d’urbanisme commercial, utilisons-les ! Et à moyen-terme, il est indispensable de « remettre de l’économie » dans notre ville. Cela signifie s’ouvrir aux entreprises, ne pas les faire attendre, ne pas les laisser partir vers la métropole, souvent plus réactive. Cela signifie aussi conclure enfin la cession du patrimoine thermal, enjeu urbanistique et économique, avec la Compagnie de Vichy, employeur majeur du bassin dans un secteur d’activité, le thermalisme et la santé, qui peuvent demain constituer la clef de voûte d’un fort développement.

Disons-le : à ces propositions nous n’avons pas eu de réponses. Ou plutôt si, celle de l’adjoint au commerce, lui-même investisseur brillant mais que, visiblement, ces questions embêtent…

Marie-Martine Michaudel, Isabelle Réchard, Marianne Malarmey

Christophe Pommeray, François Skvor

Overdose de surfaces commerciales à Vichy

[Intervention de François Skvor – Conseil municipal du 16 décembre 2016]

Monsieur le maire, mes cher-es collègues,

C'est la première fois que notre groupe est confronté à ce dossier en conseil municipal. Nous sommes opposés à ce projet d'installation d'un Intermarché sur le site des anciens Docks de Blois et nous voterons donc contre cette délibération pour trois raisons principales :

1- Pour une raison urbanistique tout d'abord : nous sommes sur un projet de résorption d'une friche et donc de requalification urbaine en plein cœur d'agglomération et nous estimons pour notre part qu'il y a mieux à imaginer et à faire qu'à implanter une énième moyenne surface avec ses parkings et ses accès logistiques sur ces entrées de ville que nous devons soigner et apaiser et pas seulement à l'ouest de l'agglomération.

Lire la suite Overdose de surfaces commerciales à Vichy

Renoncer à un projet de territoire

[Intervention de François Skvor – Conseil municipal du 16 décembre 2016]

Monsieur le maire, mes cher-es collègues,

Ce PLU (Plan Local d'Urbanisme), nous en avons déjà discuté, ici même, en commission, en réunion. Il n'y a pas forcément grand-chose à en dire, tant finalement les modifications sont techniques, discrètes et pas vraiment politiques.
Il y a sans doute plus à dire de ce qu'il ne contient pas, ou de ce qu'il aurait pu contenir... 

En fait, nous aurions voulu pouvoir vous dire que nous avions besoin d'un projet ambitieux, porteur d'une vision de la ville à 15 ans parce qu'il nous fallait de l'ambition pour tirer vers le haut le projet à venir de PLUi (Plan d'Urbanisme Intercommunal) pour VVA.
Mais nous ne pouvons même pas dire cela puisque aujourd'hui même vous nous demandez de prendre une délibération portant sur le renoncement au passage en PLUi.

Lire la suite Renoncer à un projet de territoire

Mutualiser mais pour quoi faire ?

[Intervention de François Skvor – Conseil communautaire du 8 décembre 2016]

Monsieur le président, mes cher-es collègues,

Si j'ai bien compris, nous sommes ici ce soir, au travers de toutes ces délibérations, à la fois pour faire évoluer le périmètre de notre agglomération, le périmètre de notre intérêt communautaire, comme celui de nos services. Sans oublier non plus celui de nos charges, mais selon le principe de neutralité budgétaire qui veut que les charges nettes transférées soient budgétairement compensées à due concurrence via une imputation des attributions de compensation que l'agglomération reverserait aux communes sur la base des produits de sa fiscalité professionnelle réduite du montant net des charges transférées, et ce selon un protocole d'évaluation dûment établi par la CLECT mais non encore validé par notre assemblée...

Bref, je plaisante. Il s'agit juste de souligner l'aspect hautement technique, voire technocratique de toutes ces questions.
Le problème avec l'abus de technique, c'est la quasi-dépossession dont les élus, le débat et finalement la politique sont victimes.
La grande absente de ces débats, c'est finalement la question du sens, question essentielle en démocratie. 

Lire la suite Mutualiser mais pour quoi faire ?

Mixité sociale : une réalité à construire

[Intervention de François Skvor – Conseil communautaire du 8 décembre 2016]

Monsieur le président, mes cher-es collègues,

C'est un débat que nous avons eu en commission, et je n'ai pas divergence sur cette délibération, d'autant qu'elle me semble s'inscrire dans une opération de requalification urbaine de première importance : avec l'OPAH-RU (Opération Programmée d'Amélioration de l'Habitat - Rénovation Urbaine) du quartier Desnières -Hôpital, le renouvellement urbain de Presles, les travaux du boulevard urbain, on est en train d'assister à l'émergence d'un nouveau cœur d'agglomération, à mi-chemin des cœurs historiques.

Cependant, elle soulève une question importante et un peu inédite sur notre territoire.
Les règles de l'ANRU 2 sont d'accompagner la destruction de logements dans ces zones prioritaires par une reconstruction compensatrice, à l'extérieur de ces mêmes zones. Et cela, pour une raison simple de mixité sociale et de « déghéttoïsation ».

Or dans ce cas précis, ce n'est pas le cas. Vous avez demandé une dérogation au préfet. 

Lire la suite Mixité sociale : une réalité à construire

Lutter contre le logement indigne

[Intervention de François Skvor – Conseil communautaire du 8 décembre 2016]

Monsieur le président, mes cher-es collègues,

Je souhaite faire une remarque en ce qui concerne la Convention VVA – CAF portant sur l'habilitation du service Habitat de VVA à établir des constats de non-décence du logement. L'idée est, en cas de non-décence constatée d'un logement loué, de faire en sorte que la CAF menace de cesser ou cesse ses versements auprès du propriétaire, afin de l'inciter à réaliser les travaux nécessaires.
C'est une mesure intéressante, issue de "l'horrible" loi ALUR dite aussi "loi Duflot" (et attendue dans notre agglomération : M. Aguilera lui-même déplorait le blocage de la CAF sur ce sujet l'année passée ), une mesure pertinente pour lutter contre l'habitat indigne, contre la précarité énergétique, contre le business des marchands de sommeil qui prospère ici dans le contexte d'un parc immobilier assez âgé, et assez peu rénové.

Ma question est de savoir quels seront les moyens mis en œuvre par VVA et son service Habitat pour que le dispositif soit utile et suscite des recours, de  la part notamment des populations les plus fragiles ?

Gestion des déchets en mode passable

[Intervention de Marianne Malarmey – Conseil municipal du 30 septembre 2016]

Monsieur le maire, mes cher(e)s collègues,

Je voudrais tout d’abord faire deux remarques :

1- Nous constatons une hausse des refus de tri, lié pour une large part à la suppression des ambassadeurs du tri sur Vichy, Bellerive et Cusset.
Ce sont certes des économies réalisées. Mais on sait que sans effort de communication constant sur la question, on connaît des reculs en matière de tri et de réduction des déchets.

2- Nous notons également la fin de l’accompagnement financier de l’ADEME sur le programme pluriannuel de prévention des déchets, pour non atteinte des objectifs intermédiaires de réduction des volumes de déchets sur VVA. Lire la suite Gestion des déchets en mode passable